• Le Front de gauche veut remettre l’homme au cœur des décisions

    Serge Desbrosses et sa remplaçante, Sylvie Lefèvre.  Photo G. L. (CLP)

    Serge Desbrosses et sa remplaçante, Sylvie Lefèvre. Photo G. L. (CLP)

    C'est en tout cas le fil conducteur des thèmes de la réunion tenue mardi en début de soirée, salle Terrade à Mesvres, par Serges Desbrosses et Sylvie Lefèvre.

    C’est en tout cas le fil conducteur des thèmes de la réunion tenue mardi soir, salle Terrade à Mesvres, par Serges Desbrosses et Sylvie Lefèvre, les représentants du Parti communiste français pour le Front de gauche aux élections législatives sur la 3 e circonscription.

    Et le candidat Serge Desbrosses d’indiquer : « Notre programme est le contenu du livre du Front de gauche intitulé L’Humain d’abord. Aujourd’hui, le capital compte plus que l’homme et ce n’est plus possible ».

    De profondes réformes

    Le ton était donné et les deux orateurs de décliner tous les secteurs qui, à leurs yeux, méritent de profondes réformes.

    « Sarkozy a augmenté le temps de travail sans augmenter les salaires. Il faut faire l’inverse et nous proposons une augmentation du Smic à 1 700 euros.

    Concernant l’énergie nous préconisons la création d’un Pôle public de l’énergie afin de maîtriser les coûts et stopper la spéculation.

    Du point de vue de l’écologie, pourquoi ne pas mettre les camions sur les trains pour les grandes distances et utiliser les transports par les canaux.

    L’idée est également de faire de la Banque centrale européenne (BCE) un pôle public bancaire qui prête directement aux états, plutôt que de passer par les banques qui en tirent de gros profits.

    Dans le domaine de la santé, il faut abroger la loi Bachelot, renforcer le personnel dans les hôpitaux et les doter des techniques de pointe. »

    Et les candidats de poursuivre : « Il faut revenir à la retraite à 60 ans pour tous et prendre en compte la pénibilité. Relocaliser les emplois est une urgence. Dans le domaine agricole, il y a besoin d’une politique agricole commune cohérente avec des productions en fonction des besoins du marché, et puis de prix rémunérateurs pour les agriculteurs. »

    Le débat s’ouvrait alors avec les participants qui permettaient d’aborder bien d’autres sujets de préoccupation du monde ouvrier.

    Serge Desbrosses indiquait, non sans avoir égratigné le mandat du député sortant : « Le Front de gauche doit être présent en force à l’Assemblée nationale pour peser sur les débats et permettre à ses idées d’être prises en compte », et de conclure : « Le pays à besoin d’une vraie gauche. »

    http://www.lejsl.com/edition-d-autun


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :